Julie Le Blévec

 

Après avoir connu toutes les catégories, du mini-hand à la N1, à l’UPABHB, Julie Le Blévec a pris la direction du centre de formation du Metz Handball en 2018.

3 ans plus tard, elle signe son premier contrat professionnel avec le Metz Handball et est prêtée à Fleury pour la saison prochaine.

L’occasion d’aller prendre de ses nouvelles !

 

 

Bonjour Julie, peux tu rapidement revenir sur ton parcours handballistique avant d’intégrer le centre de formation de Metz 

 

J’ai commencé le handball à 7-8 ans à l’UPABHB, où je suis restée jusqu’à mon entrée en Centre de Formation (CF). J’y ai donc joué du mini-hand à la Nationale 1 en passant par les -16 Med et les -18 France.

 

En parallèle je suis rentrée au Pôle à Marseillveyre en 3ème, jusqu’à la 1ère. Mon année de Terminale le Pôle s’est installé à Luynes.

 

 

Qu’est ce que tu retiens de ces années là ?

 

Ce sont des années qui m’ont permis de me construire, comme joueuse mais aussi comme personne.

J’ai eu la chance de vivre au quotidien et de grandir avec des filles qui partageaient la même passion, de côtoyer des personnes à l’UPABHB qui sont devenues comme une seconde famille.

Je retiens les supers moments vécus sur le terrain et en dehors auxquels je ne peux repenser sans sourire. C’étaient des années géniales.

 

 

Tu as ensuite intégré le CF de Metz en 2018, peux tu nous parler de ces 3 années ? Rapidement tu avais déjà pu t’entraîner et jouer avec le groupe pro ?

 

La terminale avait été une année assez stressante pour moi, puisque je pensais devoir faire un choix entre études et handball de haut niveau, et ainsi renoncer plus ou moins à l’un des deux.

Alors quand j’ai eu l’opportunité de rejoindre le centre de formation de Metz, avec en plus la possibilité de continuer mon double projet (école d’ingénieur), je n’ai pas hésité très longtemps. Ça a été un vrai soulagement.

 

En arrivant à Metz, j’ai pu me rendre compte de l’écart de niveau existant, déjà avec l’équipe du centre qui comptait de supers joueuses. J’ai rapidement été sollicitée avec les pros (octobre), et cela m’a ouvert les yeux sur la réalité et les attentes du haut niveau. J’ai pu prendre conscience de tout le travail qu’il fallait accomplir pour prétendre évoluer à ce niveau là. Rentrer dans un centre n’est que le début.

 

Pour résumer, ce furent trois années de travail avec beaucoup de rigueur et d’exigence durant lesquelles j’ai pu énormément apprendre et évoluer. Avec en parallèles de nouvelles rencontres humaines incroyables.

 

Sur le plan scolaire, mon objectif était de faire les 2 premières années de mon école en 3 ans (cursus aménagé), la première année était assez chargée et il a fallu tenir le rythme, mais au final j’ai pu bien avancé, en commençant même ma 3ème année.

Et l’année prochaine, je vais même pouvoir continuer mes cours à distance, plus à mon rythme.

 

 

On sort d’une année assez particulière pour le sport, avec le CF vous avez pu vous entrainer sans jouer, sauf quand tu étais sollicité avec les pros ? Et finalement à la fin de cette saison tu signes un premier contrat professionnel ?

 

C’est vrai que la saison a été particulière pour le handball, pour tous les clubs, et paradoxalement sur la plan personnel elle fut super enrichissante. Si je m’entraînais avec le centre, j’ai aussi eu l’occasion de faire des allers-retours avec les pros, ce qui m’a permis de faire une belle transition avant de pleinement rentrer dans le monde professionnel. J’ai ainsi pu continuer de bien travailler individuellement avec Clément (Alcacer, entraineur du CF, et ex-entraineur de l’UPABHB) tout en ayant l’opportunité de garder le rythme et la dimension collective au plus haut niveau, avec en plus l’occasion de jouer en compétition.

Et finalement c’est à l’issue de cette saison que j’ai la chance de signer à Metz et rejoindre Fleury en prêt. 

 

 

Quelles sont donc tes ambitions pour l’année prochaine ? Dans une équipe où tu vas avoir probablement plus de temps de jeu et de responsabilité ?

 

En étant fan de handball à la base, être joueuse en Ligue Butagaz Energie (D1 Féminine) c’est super excitant. J’ai hâte de rencontrer toutes ces équipes, toutes ces joueuses que j’ai admiré pendant plusieurs années.

À titre personnel, j’espère pouvoir mettre en oeuvre tout ce que j’ai appris durant ces trois années de formation pour performer. Prendre de l’expérience en ayant un nouveau statut à assumer. Je veux aussi continuer d’apprendre et progresser chaque jour car la route est encore longue ! Mais avant tout je compte surtout prendre beaucoup de plaisir et profiter à fond.

 

 

Merci beaucoup Julie, et bonne continuation !!

vous pouvez aussi retrouver Julie dans notre émission ApéRose de novembre dernier

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *