STAGE ETE 2021

                   Le Retour des CHAMPIONS                                      Stage pour les -12 ans du 23 au 27 Août 

Pour télécharger le dossier d’inscription c’est ici 

Pour envoyer le dossier d’inscription ou pour toutes les demandes de renseignements une seule adresse : upabhb@gmail.com

 

Entretien avec Anne Richardet – Juin 2021

Avant tout pouvez-vous vous présenter rapidement ? (d’où tu viens, Tes études, Ton travail actuel ?)

Bonjour à tous,  je suis donc Anne RICHARDET, présidente de l’UPABHB depuis 10 ans.

Bon je n’ai pas l’accent et pas du tout le profil méditerranéen mais je suis originaire de Martigues (j’y suis arrivée à l’âge de 3 ans).

J’y ai découvert le handball J et j’y ai passé une partie de ma scolarité, de la maternelle à la 4ème puis ma Terminale.

Entre temps j’ai étudié à Marseilleveyre où j’étais en Sport-Etudes de la 3eme à la 1ère.

Avec un BAC C en poche (Math Physique pour les plus jeunes) , j’ai passé  un DEUG A (Physique-Mécanique) à la faculté Saint-Charles à Marseille.

Après le DEUG, j’ai intégré l’INSA de Lyon (Institut National des Sciences Appliquées) en section Sport-Etudes (je n’ai jamais renoncé au Hand !)  et j’ai obtenu un diplôme d’Ingénieur en Mécanique.

Actuellement et depuis 19ans,  je travaille chez Airbus Helicopters.

 Avant de devenir Présidente de l’UPABHB parler nous de votre parcours handballistique

Aie, cela risque d’être un peu long, je vais essayer d’être synthétique.

J’ai commencé le handball au club de Martigues alors que j’étais en 5ème, j’évoluais dans la catégorie Minimes (on ne parlait pas encore de -13,.). J’ai découvert le hand grâce à ma grande sœur qui avait l’air emballée. Moi qui ne faisais que des sports individuels (tennis et natation), j’ai tout de suite accroché et je ne me suis plus arrêtée jusqu’à aujourd’hui (38 ans après !). Bref…

J’ai donc joué à Martigues pendant 6 ans,  jusqu’à mes 17 ans, je faisais partie de l’équipe première qui évoluait alors en Nationale 2. Martigues, mon premier club qui m’a tant donné dont l’envie de continuer

J’avais en parallèle de mes années à Martigues intégré la section Sport Études à Marseilleveyre (on ne disait pas Pôle à l’époque), j’y suis restée 3 ans. J’ai connu les sélections Comité, Ligue et Nationale.

Après Martigues, j’ai passé 2 ans dans le club voisin à Châteauneuf-Les-Martigues en Nationale 2 pour ensuite rejoindre à 20 ans le club de Marignane l’autre club voisin évoluant en Nationale 1B (l’équivalent de la D2 actuelle, moins pro que maintenant).

Arrêt de l’équipe N1B de Marignane malgré un titre de championne de France N1B et études sur Lyon obligent, j’ai rejoint le club de Décines en N1A (la LFH actuelle, pareil, moins pro que maintenant). Une année riche en enseignement handballistique à côtoyer les meilleures joueuses françaises.

Avec une année d’étude dans mon cursus ingénieur effectuée à Montréal j’ai découvert le handball canadien au sein du Celtic de Montréal. Une autre culture du hand, je me suis régalée !

Retour au bercail pour trouver du boulot, me revoilà dans le sud de la France en N1 au CSMT (Marseille) avant de partir pour un premier travail à Pau. J’ai eu la chance de rejoindre le club de Bordes en N1, Bordes petit village à côté de Pau. J’y ai passé 2 ans inoubliables.

Toujours boulot oblige, mais dans le nord de la France, je joue 2 ans à Rouen en N2. Après une pose maternité, je passe 1 an à Courbevoie en N1 puis à nouveau direction le sud pour un autre boulot en 2001. Je joue un an au club de Plan de Cuques en N1.

Deuxième pose maternité, je renoue ensuite avec le hand à l’AUC 1 an puis je rejoins le BHB, (Bouc Bel Air handball) en 2004 après l’arrêt de la section féminine de l’AUC Handball.

Depuis je n’ai plus changé !

Bon j’ai essayé d’être brève mais mon parcours a été bien rempli et varié.

Mes études, mon travail m’ont imposés pas mal de changements de clubs.

Mais que ce soit en Sports Etudes comme dans chaque club où j’ai eu la chance d’évoluer, ma passion, mon engagement et mon plaisir sont restés intacts.

J’ai vécu et partagé à chaque fois des moments intenses en émotions, des moments inoubliables de partage, de rire, de pleurs et de tristesse aussi et de plaisir. J’en garde des souvenirs impérissables.

J’ai côtoyé à chaque fois de très belles personnes, entraineurs, joueuses (de mon équipe ou adversaires), dirigeants, bénévoles.. Je suis d’ailleurs  encore en contact avec certaines d’entre elles, 34 ans après (certaines sont même au club !! Valou, Delph, Val, Bifa, Michèle….).

Le hand m’a permis de vivre une superbe aventure sportive et surtout humaine, et influé j’en suis persuadée sur ma personne et mon caractère.

Pouvez-vous nous expliquer votre parcours pour devenir Présidente

Ce sera moins long, je vous rassure, mais mon parcours de joueuse permet de comprendre aussi pourquoi je me suis ensuite investie comme dirigeante au sein de l’UPABHB.

Je crois tout d’abord que j’avais envie de transmettre ce que j’avais vécu et de permettre aux plus jeunes de découvrir ce formidable sport et ressentir les mêmes émotions.

Tout en étant joueuse,  j’ai donc tout d’abord fait partie du CA du club pour aider à son fonctionnement, cela m’a permis de comprendre toutes les rouages et les contraintes de fonctionnement du club. Nous étions d’ailleurs plusieurs joueuses à avoir franchi le pas, la dynamique collective  de groupe!

Avec la définition et la mise en place du projet actuel, mais aussi avec l’arrêt du précédent président, je me suis présentée comme Présidente. Bien entendu, et c’était la condition qui est toujours d’actualité, je ne me suis présentée que parce qu’il y avait  une équipe composée de dirigeants passionnés et investis ayant l’envie de s’approprier le projet et de le dérouler. Pour moi, impossible de s’investir autrement.

Suite à cette saison quelles sont vos envies et vos objectifs pour la prochaine ?

Tout d’abord j’ai envie d’une saison normale, que tout le monde retrouve les terrains ! J’ai envie d’une année d’entrainements et de matchs, de plateaux, de championnats.

J’ai envie d’une année sans interruption, couvre-feu ou confinement.

 Cette année a été trop spéciale, dure, éprouvante, impactante, frustrante.

 J’ai envie que tout le monde se retrouve comme les années précédentes au bord des terrains dans les gymnases pour partager sa passion, pour, encourager, pour échanger dans les tribunes à la Kfet.

J’ai envie de moment de compétition et de convivialité !

Nos objectifs sont déjà de retrouver tout le monde et bien sûr de continuer à la mise en œuvre de notre projet qui a été perturbé et ralenti cette année.

Nos objectifs sont toujours axés sur la formation des jeunes joueuses/ joueurs, la professionnalisation des activités et la performance féminine. Sportivement  l’ambition de monter en D2 pour notre équipe 1 est toujours là, tout comme un maintien de l’équipe réserve en N2 et la montée en Nationale 3 de l’équipe 3. Bien sûr dans les catégories jeunes, l’ambition est de progresser, que chaque équipe, chaque joueuses ou joueurs se donnent les moyens d’atteindre ses objectifs.

Pour les plus petits, l’objectif reste toujours le même leur faire découvrir, apprendre et AIMER le handball !

Notre staff technique (entraineurs, formateur arbitres, médical) et nos dirigeants accompagneront chacun dans son projet dans la dynamique club.

Nous devons tous nous retrousser les manches, nous entraider pour rattraper cette année et continuer d’avancer.

Pouvez-vous nous donner les évènements à ne pas rater pour les mois qui vont suivre ?

En temps normal je ne les aurais pas classés comme évènements mais étant donné la situation, les premiers évènements à ne pas manquer sont les plateaux jeunes organisés en cette fin de saison. Les -9 ont eu la chance de connaitre leur premier plateau  samedi dernier au tour du  plateau -11 qui a lieu ce samedi. Ce sont 2 évènements majeurs pour nos plus jeunes licenciés ! Ils peuvent enfin connaitre le plaisir des matchs, le plaisir de se surpasser dans une ambiance conviviale.

Ne pas rater non plus le traditionnel stage qui est proposé au début des vacances.  

Autre grand évènement club,  la fameuse journée du 4 Juillet, teasée dans la Newsletter d’il y a 15jours. Cette journée est LA  journée pour  nos licenciés, pour profiter d’une journée Hand, après une saison tronquée et éprouvante. Nous réaliserons d’ailleurs le tirage au sort de la tombola estivale de l’UPABHB.

On en profitera aussi pour faire l’Assemblée Générale du club qui est un autre évènement important. L’AG est un moment privilégié pour chacun des licenciés, elle permet  de mieux connaitre le club, ses dirigeants, ses choix, son fonctionnement. L’occasion surtout de s’exprimer, de poser des questions, de partager des opinions, des idées et de voter.  Il faut vraiment y participer!

Enfin en se projetant un peu plus tard, fin Août, aura lieu la deuxième éditions de la Roses Hand Cup, tournoi de reprise pour nos équipes de Nationale 1 et Nationales 2. Normalement des équipes de Division 2, de N2 et de N3 sont attendues. L’édition de l’année dernière a été un véritable succès avec des supers matchs, une ambiance extraordinaire de reprise après des mois de confinements

Afin de conclure, pourquoi choisir le sport collectif et surtout le handball comme sport pour nous ou pour nos enfants ?

 Il y a plein de raisons de choisir le Handball !

En tant que sport collectif déjà, le hand permet de développer un esprit d’équipe. En attaque comme en défense, il faut  s’entendre avec ses coéquipiers, s’adapter à son équipe, peu importe son niveau de jeu ou ses capacités.

Le handball, c’est travailler le vivre ensemble.

 On peut compter sur l’équipe tout en apportant sa pierre à l’édifice. On joue ensemble, on gagne ensemble on perd ensemble ! Il favorise la solidarité et développe l’entraide. Il nous apprend  la tolérance, à accepter les différences des autres.

Faire du handball, c’est aussi apprendre et adhérer à de multiples valeurs comme le respect envers soi-même, ses coéquipiers, les arbitres les règles du jeu, … D’autres valeurs sont véhiculées  je vais les dire en vrac mais cela n’enlève pas leur importance. Le hand c’est  l’engagement, la prise de responsabilités, le don de soi, l’assiduité, la combativité, l’affirmation de soi, la remise  en question, la convivialité, l’humilité, le fair play.

Sans oublier les valeurs de l’amitié. On va au hand avec des copains, des copines, on s’y fait des amis dans un environnement convivial. Beaucoup le dise, une équipe de hand devient vite une deuxième famille !

Et puis le handball est bénéfique pour la santé physique, il et permet de travailler et d’améliorer sa motricité, son équilibre, sa vitesse, sa puissance, sa résistance, son endurance, son mental……Tout le corps travaille au handball ! C’est Un sport complet quoi !

Difficile de tout détailler mais ce qui est certains c’est que le handball est le sport idéal pour s’épanouir. Il  répond au besoin de se dépenser,  à l’envie de se surpasser, et la volonté de gagner collectivement

Au-delà de ses valeurs et de l’épanouissement personnel,  le handball est un sport LUDIQUE, pour lequel le PLAISIR de jouer est et doit être une évidence.

A essayer sans hésitation !

Merci pour cet interview et à bientôt !

Julie Le Blévec

 

Après avoir connu toutes les catégories, du mini-hand à la N1, à l’UPABHB, Julie Le Blévec a pris la direction du centre de formation du Metz Handball en 2018.

3 ans plus tard, elle signe son premier contrat professionnel avec le Metz Handball et est prêtée à Fleury pour la saison prochaine.

L’occasion d’aller prendre de ses nouvelles !

 

 

Bonjour Julie, peux tu rapidement revenir sur ton parcours handballistique avant d’intégrer le centre de formation de Metz 

 

J’ai commencé le handball à 7-8 ans à l’UPABHB, où je suis restée jusqu’à mon entrée en Centre de Formation (CF). J’y ai donc joué du mini-hand à la Nationale 1 en passant par les -16 Med et les -18 France.

 

En parallèle je suis rentrée au Pôle à Marseillveyre en 3ème, jusqu’à la 1ère. Mon année de Terminale le Pôle s’est installé à Luynes.

 

 

Qu’est ce que tu retiens de ces années là ?

 

Ce sont des années qui m’ont permis de me construire, comme joueuse mais aussi comme personne.

J’ai eu la chance de vivre au quotidien et de grandir avec des filles qui partageaient la même passion, de côtoyer des personnes à l’UPABHB qui sont devenues comme une seconde famille.

Je retiens les supers moments vécus sur le terrain et en dehors auxquels je ne peux repenser sans sourire. C’étaient des années géniales.

 

 

Tu as ensuite intégré le CF de Metz en 2018, peux tu nous parler de ces 3 années ? Rapidement tu avais déjà pu t’entraîner et jouer avec le groupe pro ?

 

La terminale avait été une année assez stressante pour moi, puisque je pensais devoir faire un choix entre études et handball de haut niveau, et ainsi renoncer plus ou moins à l’un des deux.

Alors quand j’ai eu l’opportunité de rejoindre le centre de formation de Metz, avec en plus la possibilité de continuer mon double projet (école d’ingénieur), je n’ai pas hésité très longtemps. Ça a été un vrai soulagement.

 

En arrivant à Metz, j’ai pu me rendre compte de l’écart de niveau existant, déjà avec l’équipe du centre qui comptait de supers joueuses. J’ai rapidement été sollicitée avec les pros (octobre), et cela m’a ouvert les yeux sur la réalité et les attentes du haut niveau. J’ai pu prendre conscience de tout le travail qu’il fallait accomplir pour prétendre évoluer à ce niveau là. Rentrer dans un centre n’est que le début.

 

Pour résumer, ce furent trois années de travail avec beaucoup de rigueur et d’exigence durant lesquelles j’ai pu énormément apprendre et évoluer. Avec en parallèles de nouvelles rencontres humaines incroyables.

 

Sur le plan scolaire, mon objectif était de faire les 2 premières années de mon école en 3 ans (cursus aménagé), la première année était assez chargée et il a fallu tenir le rythme, mais au final j’ai pu bien avancé, en commençant même ma 3ème année.

Et l’année prochaine, je vais même pouvoir continuer mes cours à distance, plus à mon rythme.

 

 

On sort d’une année assez particulière pour le sport, avec le CF vous avez pu vous entrainer sans jouer, sauf quand tu étais sollicité avec les pros ? Et finalement à la fin de cette saison tu signes un premier contrat professionnel ?

 

C’est vrai que la saison a été particulière pour le handball, pour tous les clubs, et paradoxalement sur la plan personnel elle fut super enrichissante. Si je m’entraînais avec le centre, j’ai aussi eu l’occasion de faire des allers-retours avec les pros, ce qui m’a permis de faire une belle transition avant de pleinement rentrer dans le monde professionnel. J’ai ainsi pu continuer de bien travailler individuellement avec Clément (Alcacer, entraineur du CF, et ex-entraineur de l’UPABHB) tout en ayant l’opportunité de garder le rythme et la dimension collective au plus haut niveau, avec en plus l’occasion de jouer en compétition.

Et finalement c’est à l’issue de cette saison que j’ai la chance de signer à Metz et rejoindre Fleury en prêt. 

 

 

Quelles sont donc tes ambitions pour l’année prochaine ? Dans une équipe où tu vas avoir probablement plus de temps de jeu et de responsabilité ?

 

En étant fan de handball à la base, être joueuse en Ligue Butagaz Energie (D1 Féminine) c’est super excitant. J’ai hâte de rencontrer toutes ces équipes, toutes ces joueuses que j’ai admiré pendant plusieurs années.

À titre personnel, j’espère pouvoir mettre en oeuvre tout ce que j’ai appris durant ces trois années de formation pour performer. Prendre de l’expérience en ayant un nouveau statut à assumer. Je veux aussi continuer d’apprendre et progresser chaque jour car la route est encore longue ! Mais avant tout je compte surtout prendre beaucoup de plaisir et profiter à fond.

 

 

Merci beaucoup Julie, et bonne continuation !!

vous pouvez aussi retrouver Julie dans notre émission ApéRose de novembre dernier